Un texte de Marie-Hélène Bourret

Une des premières françaises à arriver de San Francisco est madame V.A. Pettibeau, dont on se souvient pour son activité en éducation.  Avec 2 autres femmes, elle a ouvert en 1853 la première école de San Francisco :  un pensionnat de jeunes filles.

Elle est arrivée à Victoria dans les premiers de la Ruée vers l’or de 1858, et pendant un temps, elle a enseigné à l’école Ste-Anne.  Peu de temps après, elle ouvrait sa propre école.  On pouvait lire, dans le Victoria Gazette du 10 mars 1859 :  ‘’ Madame Pettibeau informe le public qu’elle a ouvert un Séminaire pour les jeunes filles, sur la rue Fort, entre Gouvernement et Broad.  Des leçons de musique et de français sont dispensées.’’

Elle avait aussi enseigné au Central School, les travaux d’aiguille et le français.

Elle a été membre de l’hôpital francophone (Fisgard) fondé par la Société Française de Bienfaisance et de secours mutuel, fondé par Sosthènes Driard et Jules Rueff, une espère de co-opérative de santé, ou plutôt, d’assurance-santé.

Les membres payaient une mensualité pour couvrir leurs frais médicaux et d’hospitalisation, mais on soignait aussi gratuitement ceux et celles ne pouvant s’offrir l’assurance.

Madame Pettibeau est devenue résidente permanente en CB et a vécu ici jusqu’à sa mort en 1880.  Le Colonist a écrit à son sujet :  Nous avons le regret d’annoncer la mort de madame Pettibeau, une des premières résidentes de cette ville, qui fut un professeur reconnu pendant plusieurs années.’’

Plusieurs citoyens importants de la communauté ont assisté à ses funérailles, célébrées par l’évêque Cridge lui-même.