Pierrette Alarie

Par Marie-Hélène Bourret

Pour l’Association historique francophone de Victoria

Madame Pierrette Alarie est née à Montréal en 1921 et est décédée à Victoria en 2011, à l’âge de 90 ans. Ses parents étaient le chef de chœur et d’orchestre Sylva Alarie et la soprano et comédienne Amanda Plante, dite Alarie.

Inspirée et guidée par ses parents, elle commence à étudier le chant et l’art dramatique au Conservatoire Lassalle; son professeur est Madame Jeanne Maubourg.  Lorsqu’elle a 20 ans, elle fréquente le studio d’art lyrique de Salvator Issaurel. 

Elle y rencontre l’homme qui deviendra son mari, le ténor Léopold Simoneau. En 1943, elle obtient une bourse pour étudier au Curtis Institute de Philadelphie.

Grâce à sa riche voix et à une technique impeccable, elle remporte le Metropolitan Opera Auditions Of The Air et est par la suite invitée à chanter au Metropolitan Opera de New York.

Elle se produira un peu partout en Europe et en Amérique du Nord.

Elle et son mari partent vivre à Paris et elle fait ses débuts à l’Opéra comique.

Ils reviennent au Canada au milieu des années 1950 et madame Alarie fait de nombreuses apparitions à la radio et à la télévision de Radio Canada.

Elle met fin à sa carrière de chanteuse en 1970 et continue de vivre sa passion pour la musique et le chant en devenant professeur de musique.  Lorsque le couple déménage en Colombie-Britannique, Léopold et Pierrette enseigne au Shawnigan Schools of Arts entre 1978 et 1981, avec le Johannesen International School of the Arts.

En 1982, le couple et Johannesen créent le Canada Opera Piccola, afin d’offrir une formation post-universitaire en opéra aux jeunes chanteurs canadiens, tout en leur permettant d’acquérir de l’expérience sur scène.  Ce cours est indépendant des grosses compagnies d’opéra.  Simoneau est professeur de chant, et Madame Alarie dirige la majorité des productions.  Johannesen s’occupe de l’administration.

L’école ferme ses portes en 1988.

Tout au long de sa carrière, Madame Alarie a reçu de nombreux prix et reconnaissances :  Prix Calixa-Lavallée, Grand Prix du Disque, Compagnon de l’Ordre du Canada, Membre de l’Ordre des Arts et des Lettres de France, Docteur honoris causa de l’Université McGill; Chevalier de l’Ordre national du Québec, Membre du Panthéon canadien de l’art lyrique, Prix Opus, Prix Hommage.

Madame Alarie habitait Victoria lors de son décès en 2011.

Ceci n’est qu’un très succinct portrait de madame Pierre Alarie et de sa carrière.  Retenez que son rôle fut important dans l’histoire de l’opéra en Colombie-Britannique.  Pour pouvoir mieux mesurer le talent de cette cancatrice francophone, je vous suggère ces 3 pièces que vous pouvez entendre sur internet.

https://www.youtube.com/watch?v=1cJPAckFotc