L’Alliance Française

 

… Douce France :  Charles Trenet …3min 14 sec

https://www.youtube.com/watch?v=Iit3Kabs7QA

 

Dramatique 1 :

 

… ambiance quai de gare…1883

 

Louis Pasteur :  Mais ma foi, c’est mon ami Jules Verne!  Jules !… Jules!!! Mais allons, il ne m’entend pas.  Jules!  Jules…

Jules :  Louis!  Mon ami!  Comment allez-vous?  Madame Pasteur!  Ma journée sera maintenant ensoleillée!  Je n’ai plus à faire de mon parapluie!

Madame :  Toujours aussi galant, monsieur Verne!

Louis :  On ne t’a pas vu depuis bien longtemps dans la Capitale.  Que deviens-tu?

 

… un train siffle et se met en marche…

 

Jules :  Vous prenez ce train?  … très bruyant…

Madame :   Non… nous arrivons de Marseille.  Nous rentrons chez nous.

Jules :  Nous allons prendre un café ? Le temps de se mettre à jour dans les nouvelles?

Madame :  Allons-y!

 

…. Le bruit diminue… on s’assied dans le restaurant…

Garçon de café :  Messieurs, m’dame!  Qu’est-ce qu’on vous sort!

Louis :  Mamie…

Madame :  Une grenadine, s’il vous plaît, garçon.

Louis :  Un petit rouge, pour moi.

Jules :  Un café turc!

Louis :  Je ne sais pas comment tu fais pour boire le café turc!  Moi, ça me donne des aigreurs d’estomac!

Jules :  Je me mets dans l’ambiance pour ma pièce!

Madame :  Vous avez écrit une autre pièce?

Jules :  Vous vous souvenez de mon roman Kéraban-le-Têtu?  Eh bien, j’en ai fait une pièce de théâtre qui sera présentée au théâtre de la Gaîté-Lyrique en septembre.

Louis :  Comme si tu n’avais pas assez de travail avec notre projet!

 

…. Douce France… 20 secondes….

 

Narration 1 :

 

Cette petite conversation se tenait en gare de Paris, entre Monsieur Louis Pasteur, son épouse Marie, et Jules Verne l’écrivain.

 

Nous sommes au début de l’été 1883.  Quel est le projet dont parlent les deux amis?  Celui-ci se développe depuis déjà plusieurs mois.  Avec d’autres personnalités d’alors, tels Philippe Berthelot, le juriste et diplomate, Jean Jules Jusserand, diplomate et consul de France, Ernest Renan, écrivain, philosophe et historien, et plusieurs autres, et à l’initiative de Paul Cambon, chef de cabinet de Jules Ferry, ils fondent une association qui permettra aux français vivant à l’étranger, de se retrouver entre eux, et faire rayonner la langue et la culture françaises à l’extérieur de la France.

 

Dès sa fondation, le statut de l’Alliance était apolitique et non-confessionnel. Les premiers directeurs étaient un prêtre catholique, le père Charmetant, un protestant, Paul Melon, un dignitaire israélite, Alfred Mayrargues, ainsi que que quelques anti-clergé notoires. Le nom d’Alliance française a peut-être été inspiré par l’Alliance israélite universelle, créée vingt ans plus tôt.

 

Le premier président de l’Alliance Française fut Charles Tissot, ambassadeur de France dans l’Empire Ottoman.

 

Bien vite, l’Alliance Française fait des petits :  on en retrouve dans plusieurs villes de France, dont quelques-unes offrent des cours de français aux étudiants étrangers.  L’association est maintenant présente dans plus de 130 pays; les Amériques comptent près de trois cent vingt regroupements.

 

Toutes les Alliances installées hors-France sont des initiatives locales.  La plupart du temps reconnues comme associations à but non-lucratif, elles sont totalement indépendantes de l’Alliance de Paris, et fonctionnent comme des franchises du siège parisien.  Il n’y a aucune relation financière entre le siège et les Alliances à l’étranger.

 

Mais au moment où ces messieurs en sont encore aux premiers balbutiements officiels de l’Alliance en France, au Canada, l’Union nationale Française d’Amérique du Nord, qui regroupe 500 associés souligne ses cinquante ans d’existence.  Le conseil d’administration de l’Alliance profite de cette situation, et nomme son premier délégué à Montréal en 1994.  Une deuxième délégation sera confiée à Louis Fréchette, le poète canadien.  Son mandat est de resserrer les liens entre l’Université Laval de Québec et la France.

http://www.af.ca/fr/alliance-francaise-au-canada/

 

… intermède… J’ai deux amours :  Joséphine Baker… 2min38sec

https://www.youtube.com/watch?v=gRfrUdsL4Pk

 

 

Dramatique 2 :

 

… brouhaha foule avec accent français… piano joue en sourdine… conférence… bruits de micro (feedback)… silence se fait peu à peu… mesdames, messieurs, assoyez-vous… s’il vous plait…

 

Maître de cérémonie (MC):  Mesdames et messieurs, bonjour.  Je voudrais d’abord vous souhaiter la bienvenue, au nom de l’Alliance Française d’Ottawa, et en mon nom personnel.  Nous sommes ici tous réunis dans le même but :  faire de l’Alliance Française canadienne une entité indépendante des États-Unis d’Amérique.  Ce qui nous amène ici aujourd’hui, c’est cette langue qui nous unit : le français.

 

… applaudissements…

 

MC :  Grâce aux échanges épistolaires que nous avons eux dernièrement, ainsi qu’au travail fait part chacune des associations auprès de ses membres, nous avons, je crois, un consensus. Mais il nous reste beaucoup à faire pour créer notre chapitre national.

Suite aux consultations qui ont eu lieu dans les derniers mois, nous avons dressé une ébauche des documents concernant le statut, les règlements et autres considérations que nous devrons adopter d’ici la fin de notre rencontre.

Lors de votre inscription ce matin, un numéro de groupe vous a été assigné.  Nous allons donc travailler en atelier, et revenir en séance plénière à la fin de la journée, pour écouter les suggestions de modifications à cette ébauche.

 

… à partir de ‘’nous allons donc travailler…’’ le volume de sa voix diminue et est couvent par un intermède musical de 30 secondes.

 

Narration 2 :

 

Cette première assemblée générale annuelle eut lieu à Ottawa en 1951.  Les représentants des associations locales décidèrent de se réunir en une fédération indépendante de celle de ses voisins du sud.  Le premier président fut le Très Honorable Thibodeau Rinfret, ancien juge en Chef du Canada.

 

Les comités locaux, qui s’administrent eux-mêmes, font partie de la mosaïque canadienne de l’Atlantique au Pacifique.

 

Les Alliances Française du Canada travaillent sur deux plans :  pédagogique et culturel.

Selon les régions, des cours de français de tous les niveaux sont offerts à une clientèle variée :  adultes francophiles, enfants de la maternelle, cours de conversation pour les employés de la fonction publique…

Bien qu’indépendants, les chapitres locaux ont des bibliothèques et reçoivent des livres et des disques de la France, ainsi que de la Fédération canadienne.

 

Intermède musical 30 sec…

 

Dramatique 3 :

 

Femme 1 :   elle lit dans un livre… ton théâtral…

‘’Franquebalme, mon bon…, Je ne suis pas content de la France !… Nos gouvernants nous font de tout.’’

Proférées un soir par Tartarin devant la cheminée du cercle, avec le geste et l’accent qu’on imagine, ces paroles mémorables résument bien ce qui se pensait et disait à Tarascon-sur-Rhône deux ou trois mois avant l’émigration. Le Tarasconnais en général ne s’occupe pas de politique : indolent de nature, indifférent à tout ce qui ne l’atteint pas localement, il tient pour l’état de choses, comme il dit. Pas moins, depuis quelque temps, on lui reprochait un tas de choses, à l’état de choses !

« Nos gouvernants nous font de tout ! » disait Tartarin.

Homme 1 :  Alors, que pensez-vous de ce premier paragraphe?

Femme 1 :  On reconnaît bien Alphonse Daudet.  J’avais bien aimé Tartarin de Tarascon… mais…

Femme 2 :  Je sens que sous votre ‘’mais’’ il y a une hésitation…

Femme 1 :  En effet. Je ne suis pas sûre que Port Tarascon soit à la hauteur de mes attentes…

 

… murmures…

 

Narration 3 :

 

Nous sommes à Victoria, en 1907, alors que le comité vient d’être formé.  Au début, il n’y avait que quelques membres et on se réunissait chez l’un ou chez l’autre.  On se rencontrait pour converser en français ou pour parler littérature. Mais, deux fois par an, on accueillait des conférenciers de Paris.

 

Cinquante ans plus tard, l’Alliance était des plus actives.  On tenait deux réunions par mois à la Galerie des Beaux-Arts de la rue Moss.  Il y avait maintenant une centaine de membres.  Les activités étaient diversifiées :  défilés de modes, déjeuners-conférences et classes d’enfants en collaboration avec les magasins Eaton.

 

On se réunissait toutes les semaines; après une courte conférence sur un sujet d’actualité, on servait thé et petits gâteaux aux participants qui discutaient du sujet du jour, tout en créant des liens.

 

Les conférences qu’elle organise et dont plusieurs sont données par des professeurs de l’UVIC, sont courues par les francophones et les francophiles de tout horizon.

 

Plusieurs activités marquèrent le centenaire de la fondation de l’Alliance Française, en 2010. L’année fut couronnée lors d’un banquet au domicile du Lieutenant-gouverneur, l’honorable Steven Point, en la présence du Consul de France à Vancouver et d’une centaine d’invités.  Madame Jeanne Adam reçut le Diplôme d’Honneur de l’Alliance Française de Paris.

 

Pour l’occasion, deux écrivains très connus de la grande région de Victoria Monsieur Paul et Madame Monique Genuist écrivirent une pièce intitulée ‘’Vitoria… Utopia 2050’’, pièce qui fut jouée devant une salle comble et enthousiaste au Théâtre Sainte-Anne.

 

Dans les années 2010, la direction de l’Alliance battait de l’aile; mais grâce au soutien de quelques bénévoles irréductibles, et à l’appui de la Société Francophone de Victoria, l’Alliance réussit à passer ce cap difficile, et à se rétablir.

 

Aujourd’hui, plus que jamais, l’Alliance Française de Victoria attire les francophones et les francophiles de l’Ile de Vancouver… et, nous l’espérons, y fêtera ses 200 ans de présence.

 

… La France de mon enfance :  Enrico Macias 3min15s

https://www.youtube.com/watch?v=XJiNuO2Rza4

 

Dramatique 4 :

Enfant :  Papa, est-ce que l’Alliance Française et Français du monde, c’est la même organisation?

Père : accent français… Quelle drôle de question!  Pourquoi est-ce que ça t’intéresse?

Enfant :  Tu sais, mon travail d’histoire…je le fais sur l’Alliance Française.  Mais je croyais avoir fini ma recherche mais, là je viens de tomber sur un texte qui parle de Français du monde…

Père :  … hum… c’est en le lisant que tu auras ta réponse!

Enfant :  Justement, je voulais pas le lire si c’est rien de nouveau…

Père :  La loi du moindre effort, hein?… Mais bon, je vais quand même t’aider un peu.  Puisque les deux organisations ne portent pas le même nom, je crois que l’on peut s’attendre à ce que ce soit deux groupes totalement différents.

Enfant :  Ce que tu es en train de me dire, c’est que je dois le lire, juste pour m’en assurer!?

Père :  Et il y a un bonus!

Enfant :  Et quoi donc?

Père :  Tu apprendras sans doute quelque chose de nouveau !

Enfant :  ha ha ha… très drôle!  Et comme dit maman :  je vais me coucher moins niaiseux!?

Père :  Ce n’est pas moi qui le dit!!!

 

… intermède musical… 30 secondes

 

Narration 4 :

 

En effet, les deux groupes que sont l’Alliance Française et Français du monde sont totalement séparés et indépendants l’un de l’autre.

 

Selon son site officiel,  Français du monde – adfe (ADFE :  Association démocratique des français à l’étranger), est ‘’ … (une) association reconnue d’utilité publique, rassemble depuis 1980 tous les Français qui, hors de France, partagent les idéaux et les valeurs de justice sociale, de pluralisme, de tolérance, de démocratie, de solidarité. Elle n’est liée à aucun parti politique mais réunit toutes les sensibilités de la gauche républicaine présente à l’étranger. Elle vit, travaille, débat, propose, agit selon des principes clairement de gauche’’

 

Très rapidement, le mouvement prend de l’ampleur, car plusieurs expatriés se retrouvent dans les valeurs promues par Français du monde :  la démocratie, l’universalité des Droits de l’Homme, la laïcité, l’abandon de toute forme de discrimination, l’altruisme et tout ce qu’implique la devise nationale :  Liberté, Égalité, Fraternité.

 

Le mouvement prend position quant à la discrimination dont sont victimes les françaises (mais aussi toutes les femmes, sans égard à leur nationalité, et ce partout dans le monde), que ce soit dans la lutte pour l’égalité des droits à l’instruction et à l’accès aux soins de santé, à la libre disposition de son corps et de sa personne et de la rémunération du travail. Et cette lutte pour l’égalité des droits hommes-femmes rejoint celle de la liberté de l’orientation sexuelle.

 

Une autre lutte dans laquelle s’engagent les membres de Français du monde, est celle qui a trait à la dévastation causée par l’homme sur la planète.  Les adhérents étant disséminés aux 4 coins de la terre, ils permettent une vision d’ensemble des problèmes auxquels l’humanité devra faire face dans un futur très proche.

 

Il y en aurait pour des pages à raconter l’histoire de Français du monde – adfe qui est présente dans plus de 100 pays… venons-en à l’histoire du regroupement, en Colombie-Britannique.

 

La section Français du monde de Victoria a vu le jour en 2010 et les français d’origine, vivant sur l’Ile de Vancouver ont pu profiter de ce lieu d’échanges et de rencontre; ils ont échangé sur la culture française avec les francophones d’autres nationalités et les francophiles, qui étaient tous les bienvenus au sein du groupe et pouvaient participer aux nombreuses activités organisées de façon régulière.

 

Il ne faut cependant pas oublier qu’une des vocations du groupe est aussi d’apporter à ses membres, un soutien et une représentation au sein des institutions françaises, en favorisant l’exercice de leur citoyenneté et en militant pour la diversité des cultures.

 

Les bénévoles de la section de Victoria ont travaillé d’arrache-pied pour accueillir et soutenir les Français venus s’établir sur l’Ile de Vancouver, mais malgré leurs efforts soutenus, la section a dû fermer ses portes en 2017.

 

Nul doute que le travail excellent accompli par Français du monde – adfe se continue sur les cinq continents.