Artistes multiples

 

… la professeur ouvre son ordi… elle ouvre ses courriels… tape et clique…

 

Dramatique 1 :

 

Prof :  Tiens, j’ai un courriel de Suzanne!

Mari :  C’est qui, Suzanne?  Je la connais?

Prof :  Une étudiante… elle est en Nouvelle Zélande avec ses parents pour le trimestre.  Mais elle continue à prendre nos cours en ligne.

Mari :  Alors je ne la connais pas… une étudiante à toi?

Prof :  Elle a pris mes cours l’an dernier, mais l’histoire n’est pas un choix de cours à distance.  Une bonne étudiante.Voyons… qu’est-ce qu’elle a à dire…

… elle lit à haute voix…

 

Bonjour Madame.  Je suis en contact avec Karim, dans votre classe.  Il m’a donné des nouvelles de tout le monde, mais aussi des cours qu’il suit ce trimestre. Vous savez comme j’aime l’histoire!  Et lorsqu’il m’a parlé du travail sur lequel il travaillait, ça m’a donné le goût d’essayer de produire un ‘’script’’ pour l’émission de radio.

Mari :  T’as vraiment eu une bonne idée!  L’utilisation du Chrono-tupos a vraiment stimulé tes étudiants!

Prof :  Oui, ça été une bonne idée!… je me demande où elle veut en venir?

… elle continue à lire…

Et puisque je n’ai pas grand-chose à faire ici, je me suis dit que j’allais en faire mon petit projet personnel.  Et si cela vous plaît, est-ce que vous pourriez considérer mon travail pour me donner des crédits?  Je joins mon travail écrit, ainsi qu’un fichier MP3 de ce que j’ai enregistré.  Dites-moi ce que vous en pensez. Suzanne.

P.S. :  Puisque je n’ai pas de Chrono-tupos à ma disposition (LOL) j’ai pensé à un autre format que celui suggéré.

… elle revient à sa conversation avec son mari…

Prof :  Ah… je vais écouter ça avec intérêt!!!

Mari :  Est-ce que tu pourrais lui donner les crédits?

Prof :  Si elle a fait un bon travail, pourquoi pas?

 

Dramatique 2 :

… Suzanne a monté une émission de radio… il s’agit d’une animatrice de CILS FM qui fait une émission en direct sur des artistes francophones ‘’du passé’’…

 

Animatrice :  Vous êtes toujours à l’écoute de CILS FM, la seule radio communautaire francophone de Victoria, en ondes depuis 2007.  Nous offrons aujourd’hui une émission spéciale sur quelques artistes féminines qui ont coloré la francophonie de la Colombie Britannique.

Ici Suzanne Dumont, et je vous accompagnerai tout au long de ce programme.

 

La première artiste dont nous allons parler aujourd’hui est Madame Pierrette Alarie.

Madame Alarie est née à Montréal en 1921 mais est décédée à Victoria en 2011, à l’âge de 90 ans.  Ses parents étaient le chef de cœur et d’orchestre Sylva Alarie et de la soprano et comédienne Amanda Plante, dite Alarie.

Pierrette Alarie était une soprano canadienne très connue.  Avant d’aller plus loin, je vais vous faire jouer une de ses pièces, Oiseaux, si tous les ans de Wolfgang Amadéus Mozart.

 

https://www.youtube.com/watch?v=7RHcapTXaD0

… 1min 52 sec…

 

Inspirée et guidée par ses parents, elle commence à étudier le chant et l’art dramatique au Conservatoire Lassalle; son professeur est Madame Jeanne Maubourg.  Lorsqu’elle a 20 ans, elle fréquente le studio d’art lyrique de Salvator Issaurel.

 

Elle y rencontre l’homme qui deviendra son mari, le ténor Léopold Simoneau.

En 1943, elle obtient une bourse pour étudier au Curtis Institute de Philadelphie.

 

Grâce à sa riche voix et à une technique impeccable, elle remporte le Metropolitan Opera Auditions Of The Air et est par la suite invitée à chanter au Metropolitan Opera de New York.

Elle se produira un peu partout en Europe et en Amérique du Nord.

 

Elle et son mari partent vivre à Paris et elle fait ses débuts à l’Opéra comique.

 

Voici une pièce chantée par le couple Simoneau/Alarie.

 

https://www.youtube.com/watch?v=1cJPAckFotc

…4m45s…

 

Ils reviennent au Canada au milieu des années1950 et madame Alarie fait de nombreuses apparitions à la radio et à la télévision de Radio Canada.

 

Elle met fin à sa carrière de chanteuse en 1970 et continue sa passion pour la musique et le chant  en devenant professeur de musique.  Le couple déménage en Colombie-Britannique; Léopold et Pierrette enseigne au Shawnigan Schools of Arts entre 1978 et 1981, avec le Johannesen International School of the Arts.

 

En 1982, le couple et Johannesen créent le Canada Opera Piccola, afin d’offrir une formation post-universitaire en opéra aux jeunes chanteurs canadiens, tout en leur permettant d’acquérir de l’expérience sur scène.  Ce cours est indépendant des grosses compagnies d’opéra.  Simoneau est professeur de chant, et Madame Alarie dirige la majorité des productions.  Johannesen s’occupe de l’administration.

 

L’école ferma ses portes en 1988.

 

Tout au long de sa carrière, Madame Alarie a reçu de nombreux prix et reconnaissances :  Prix Calixa-Lavallée, Grand Prix du Disque, Compagnon de l’Ordre du Canada, Membre de l’Ordre des Arts et des Lettres de France, Docteur honoris causa de l’Université McGill; Chevalier de l’Ordre national du Québec, Membre du Panthéon canadien de l’art lyrique, Prix Opus, Prix Hommage.

 

Madame Alarie habitait Victoria lors de son décès en 2011.

 

Ceci n’est qu’un très succinct portrait de madame Pierre Alarie et de sa carrière.  Mais son rôle fut important dans l’histoire de l’opéra en Colombie-Britannique.

 

Une de mes pièces préférées, qu’interprétait Madame Alarie est Clair de Lune de Claude Debussy :

 

https://www.youtube.com/watch?v=V95OwQFa7NI

… 2min57…

 

 

Suzanne :   Je vous rappelle que vous écoutez  CILS FM, la radio communautaire de Victoria.  Aujourd’hui, nous faisons le portrait de quelques femmes, artistes et créatrices ayant participé au développement culturel de la grande région de Victoria.  Mon prochain portrait est celui de Madame Lova Nyemb Bassong.

 

Madame Nyem Bassong est Camerounaise et réside à Victoria depuis bien des années.  Elle détient une maîtrise en littérature francophone de l’Université de Vancouver Island et de l’Université de Victoria.

 

Elle a enseigné le français dans différentes écoles primaires et secondaires sur l’Ile.  Entre autre accomplissements, elle a créé et animé une émission de littérature franco-caribéenne sur les ondes de CILS :

 

Pour nous mettre un peu dans l’ambiance camerounaise, voici une pièce de Nesly Feat Chidinma :  All Right, pièce qui date d’il y a vingt ans, mais dont le rythme va sans doute vous plaire.

…3min36s

 

https://www.youtube.com/watch?v=JD2lXxPOYHo

 

Suzanne :  Quelle joyeuse pièce!  On a dansé, ici, dans les studios de CILS FM!  Continuons donc avec notre auteure du jour, madame Lova Nyemb Bassong.

 

Nous allons parler des deux premiers livres de madame Nyemb Bassong, qui sont moins connus.  Elle possède un esprit curieux, créatif, qu’elle nourrit en dévorant des tonnes de livres d’inspirations variées.  En 2013, elle découvre un roman de Mariama Bâ, Une si longue lettre.  Elle est inspirée par l’œuvre de l’écrivaine sénégalaise et germe en elle l’idée de sa première œuvre :  Il était un 23 juillet.

 

Elle se laisse guidée par sa muse, et en moins de moins de deux mois, elle termine son écriture.

Elle est la première à être surprise de la complétion de ce roman.  Elle dira, et je cite : ‘’Que ce soit en Afrique ou à Paris, où je suis arrivée quand j’avais 26 ans, j’ai toujours aimé écrire.  C’était surtout des nouvelles ou des débuts de manuscrits que je ne finissais pas.  Cette fois-ci, je suis allée au bout rapidement.’’

 

Et son œuvre est appréciée :  elle sera publiée en 2014 aux éditions Edilivre en France.

 

Mais quel est le sujet de ce roman?  L’héroine, Mahola, une jeune africaine apprend qu’elle est atteinte d’une maladie incurable.  Elle entreprend l’écriture d’une longue lettre, qu’elle adresse à quelqu’un qui a eu une grande importance dans sa vie. Mahola va s’ouvrir et se découvrir à travers l’amour : deux mariages, un divorce, la maternité, la foi et l’immigration en France et au Canada.

Dans ce romanqui sera ré-édité, l’auteure aborde des thèmes sensibles tels que : le divorce, le mariage en Afrique, l’immigration, l’étrangéité, le viol de la jeune fille, de la femme.

Mais déjà, elle s’attelle à sa deuxième œuvre littéraire qui sera publié en 2016, aux Éditions Universitaires Européennes :  La Négritude dans la littérature afro-caribéenne contemporaine. Il s’agit d’une analyse de ce que l’on appelle la Négritude,  àtravers l’analyse de trois œuvres d’auteurs afro-caribéens modernes, à savoir : Fleur de Barbarie de Gisèle Pineau, Le Ventre de l’Atlantique de Fatou Diome et Demain J’aurai vingt-ans d’Alain Mabanckou. Son ouvrage rend compte des relents de la Négritude dans la littérature francophone contemporaine.

Lorsque j’ai fait ma recherche pour l’émission, je suis tombée sur ce terme :  Négritude.  Je ne savais pas ce qu’il voulait dire… je pensais que c’était un mot qu’on ne devait pas prononcer… mais en allant plus loin, parmi toutes les définitions trouvées, c’est encore celle de Wikipédia qui m’a le plus inspirée.  Je vous lis ici ce que j’ai trouvé :

Le terme « négritude » désigne l’ensemble des caractéristiques et valeurs culturelles des peuples noirs, revendiquées comme leur étant propres, ainsi que l’appartenance à ces peuples. Il a été créé vers 1936 par le poète et homme politique français Aimé Césaire (1913-2008) pour se placer du côté du ressenti des personnes de couleur noire et pour s’approprier la meurtrissure infligée par l’Histoire,

La naissance de ce concept, et celle d’une revue, Présence africaine, qui paraît en 1947 simultanément à Dakar et à Paris, va faire l’effet d’une déflagration. Elle rassemble des Noirs de tous les horizons du monde, ainsi que des intellectuels français, notamment Sartre. Celui-ci définit alors la négritude comme : « la négation de la négation de l’homme noir ».

La négation de la négation… je crois que cela décrit bien la situation des peuples ayant subi le colonialisme des pays envahisseurs… Madame Nyemb Bassong est une auteure francophone, s’étant établie en Colombie Britannique, et ayant enrichi notre connaissance de la francophonie.

Après l’écoute de cette deuxième pièce, cette fois-ci du folklore camerounais, nous parlerons d’une troisième créatrice de la francophonie de la Colombie Britannique.

 

Yannick Noah et les Têtes Brûlées : 5min16 sec (à couper après 3 minutes30s)

http://www.ina.fr/video/I00014143

 

Suzanne :  De retour à ce programme durant lequel nous vous présentons un portrait d’artistes francophones, de ces créatrices ayant fait de la Colombie Britannique leur maison, et qui ont, chacune dans son domaine, laissé une trace indélébile dans notre histoire.

Le prochain portrait que je vous présente est celui d’une artiste accomplie.  Madame Françoise Moulin a en effet plusieurs cordes à son arc.  Toute jeune, elle sent attirée vers l’histoire et l’art Khmer, qui la fascine et qu’elle étudie par elle-même. Elle est acceptée à l’École Nationale Supérieure des Arts Visuels et d’architecture de la Cambre, à Bruxelles, et obtient son diplôme de maîtrise en Arts visuels.

Elle gagne le Prix belge de la Fondation pour la Vocation, ainsi que le prix Pacifête du BC Convention Pavilion à Vancouver.  Elle remplit de nombreuses commandes des deux côtés de l’Atlantique… et du Pacifique!

En effet, elle expose plusieurs de ses œuvres au Canada, aux États-Unis et même au Japon.

Pendant plus de trente ans, Françoise a travaillé, et crée dans plusieurs différents domaines :  illustrations de livres pour enfants, éducation, dossiers sociaux et culturels, thérapie par l’art et expression dramatique.

Elle a développé plusieurs ateliers et séminaires pour des écoles, au Canada, ainsi que pour le grand public aux États-Unis.

Elle a beaucoup travaillé au niveau du processus créatif tri-dimensionnel avec les enfants et les adultes.

Elle admet sa passion pour la couleur, pour l’exagération, et son imagination débridée mène chacun de ses projets.

Elle a expérimenté tous les médiums dans ses créations :  acrylique, pastels et aquarelle dans ses peintures; pour le 3d, elle utilise le papier recyclé, la pâte polymère, l’acrylique, le tissu, bref, tout ce qui est coloré et qui l’inspire.

Elle habite la Vallée du Cowichan; vous pouvez visiter son site Web :  www.moulinartwork.ca

 

Je vous présente maintenant une pièce ‘’skat’’ chantée par une compatriote de Françoise Moulin, Claude Maurane; une interprétation très vivante du BOUM de Charles Trenet.

https://www.youtube.com/watch?v=pcLNwX2WnzU

Suzanne:  Une autre artiste qui a laissé sa marque dans la  francophonie est madame Joanne Plourde, une artiste multimédia. Elle a appris à faire un spectacle haute qualité en film et t.v. en travaillant pour la scène comme artiste-costumière, teinturière/peinture des costume  Elle sculpte, fait des assemblages d’objets trouvés et recyclés, et
maîtrise l’impression textile.  Ce dernier médium, elle l’a développé
alors qu’elle travaillait pour le Cirque du Soleil au Québec, mais
aussi pour l’industrie du film à Vancouver.
Cette passion pour l’expression artistique s’est développée très jeune chez elle.  Toute petite, elle animais des théâtres de marionnettes pour ses frères et soeurs.
Elle dira lors d’une entrevue avec le journal La Source:  ‘’L’art m’a  permis de m’assumer.  Il nous permet de découvrir notre identité  profonde et nous accepter tels que nous sommes… L’artiste… se doit  aussi de communiquer – autrement qu’avec les mots – l’essentiel des  valeurs humaines.’’

Mais elle a d’autres passions… celles de l’histoire et de  l’archéologie.  Son père lui a fait connaître l’histoire de leurs  ancêtres.  C’est à partir de cette histoire familiale que son
engouement pour l’Histoire s’est animé.

Elle crée donc une exposition qui souligne l’apport des francophones
dans la construction et la vie de Fort Langley.  Pour elle, cette
connaissance de l’histoire francophone dans la province nous permet de
se sentir ‘’libre de parler français en Colombie-Britannique et on
retrouve ses racines. On se sent à l’aise d’être la personne que l’on
a le goût d’être.’’  Cette exposition de 2013, L’Épopée des
Voyageurs:  Persévérance, lui donne l’opportunité de faire découvrir au grand public les pionniers de la Colombie Britannique.

Les voyageurs… c’est aussi le nom d’un groupe historico-folklorique… je vous fais jouer une de leurs pièces que j’aime beaucoup.

… Pièce du CD Les Voyageurs…La belle est endormie sur un lit de roses

Le morceau que vous venez d’entendre est tirée d’un des nombreux CD de la troupe Les Voyageurs, créée par Johanne.  Nombreux ateliers et spectacles sont encore maintenant, après plus de 25 ans d’existence présentés dans les écoles ainsi que dans les nombreux festivals de la Colombie Britannique.

Mais le temps nous presse, et il y a encore tant de ces artistes féminines ayant marqué la francophonie de notre belle province.

Parmi les écrivaines de grand talent, j’aimerais souligner, dans le peu de temps qu’il reste à l’émission, la poétesse, Madame Danielle Thaler.  Française d’origine, elle vit dans l’ouest du Canada depuis les années 1990, après avoir habité à Montréal et à Toronto ou elle obtient un doctorat en littérature.  À son arrivée à Victoria, elle fonde sa propre entreprise de traduction; elle s’implique aussi très activement dans la vie communautaire francophone. Elle devient vice-présidente de l’Alliance Française, est membre fondateur de Français du Monde sur l’Ile de Vancouver, est membre du Conseil d’administration de notre radio communautaire… et j’ai nommé :  CILS FM…

Elle est l’auteure de nombreux articles et ouvrages.  Mais j’en viens à ses œuvres de poésie, qui sont nombreuses.

Je me permets de vous lire son poème : Acte de Contri-tion

Levant délicatement la narine

Ils parlent de pollution

De saturation

D’épuration

De nutrition et les ‘’tion’’

À l’infini

Font tous la ronde

Dans un monde

Ou l’on s’inonde

De mots accrochés

Dans la toile des humeurs

De ceux qui les salivent

Pour mieux les recracher

Avec un ton courtois

Le sourcil haut levé

Engagés dans la bataille épique

Des pronoms surchargés

 

… à partir de ‘’De ceux qui les salivent’’ musique guitare instrumentale qui monte doucement…

À la fin du poème, Suzanne clos l’émission sur la musique de guitare qui n’est pas encore à son maximum..

Suzanne :  Jolie façon de terminer cette émission.  J’aurais aimé avoir beaucoup plus de temps pour vous parler de toutes ces créatrices, poètesses, sculpteures, écrivaines, peintres… bref, toutes ces artistes francophones qui ont pavoisé la vie francophone en Colombie Britannique.  Ici Suzanne Dumont. Je vous dis à la prochaine sur les ondes de CILS FM, 107,9 à Victoria.

… musique monte pour quelques secondes… puis redescend en sourdine, pendant la dramatique 3, remonter et terminer

Dramatique 3 :

Mari :  Elle s’est bien débrouillée la petite!  J’aime ça!

Prof :  Oui, elle a vraiment bien fait… et bien… je crois qu’elle vient de voir s’ajouter 2 crédits en histoire à son diplôme de secondaire 5!

 

La musique remonte