Association Historique Francophone de Victoria – Gisèle Samson – Jocelyne Fontaine

 

… deux personnes se tirent une chaise… café qu’on verse… cuillers… petit fond musical tout au long de la conversation…

 

Dramatique 1 :

Élève :  Merci beaucoup, Paul; c’est super gentil d’avoir accepté de me rencontrer.

Paul :  Pas de problème!  On fait beaucoup d’efforts pour attirer des bénévoles.

Élève :  Euh… je viens pas pour être bénévole…désolé… mais parce que j’ai un travail d’histoire à faire, et que j’ai pensé que vous auriez de l’information pour moi.

Paul :  C’est ce que j’avais compris! Mais on peut toujours espérer que ça t’intéresse suffisamment pour revenir donner un peu de ton temps.

Élève :  rire gêné… je sais pas…

Paul :  rire… désolé, le jeune! Je pense que je t’ai mis mal à l’aise… C’était une blague… mais sérieusement, si toi, ou quelqu’un que tu connais étiez intéressés, ça nous fait toujours plaisir d’accueillir de nouveaux membres.

Élève :  Je vais y penser…

Paul :  Ok. Alors, qu’est-ce que c’est que ton travail d’histoire?

Élève :  On doit choisir des personnes qui ont fait l’histoire francophone en Colombie Britannique, puis décrire ce qu’ils ont fait, leur contribution.

Paul :  Comme c’est intéressant!  Et quel est ton sujet?

Élève :  Bien, j’ai attendu trop longtemps pour me décider, et quand j’ai finalement choisi, mon sujet avait été pris par quelqu’un d’autre.  C’était les Sœurs de Sainte-Anne.  Il y a beaucoup de documentation sur elles, partout.

Paul :  Je crois que tu as bien fait de venir chercher conseil auprès de l’Association Historique Francophone de Victoria… après tout, nous conservons les archives!

Élève :  Ouf!  Je suis sauvé !!!

Paul :   Dis-m’en un peu plus, pour que je puisse mieux cerner ce que tu cherches.

Élève :  Bien, ça peut être un homme ou une femme, un groupe de personnes ou même un organisme qui a protégé ou fait la promotion de la langue française ou de la culture francophone en Colombie-Britannique.

Paul :  Je comprends.  Est-ce que tu veux parler de notre association?

Élève :  euh… oui… pourquoi pas?  Est-ce que vous avez assez d’information pour tout mon travail?

Paul :  Je crois que oui.  Aide-moi, on va sortir les boîtes de la réserve.  Tu vas regarder ce qu’on a, et tu me diras ce que t’en penses.

Élève :  … se lève et pousse sa chaise… OK!!! On y va!

 

… intermède… Indochine :  L’aventurier…

 

 

 

Narration 1 :

 

Un nom surgit, dès le début d’une recherche sur l’histoire de l’Association Historique de Victoria :  celui de Monsieur Jean Henri Lagassé.  Ce fransaskois né à Gravelbourg en 1925 a fait ses études au Collège de St-Boniface au Manitoba, études qui lui permirent de travailler à Ottawa, et d’être engagé en fin de carrière, par le gouvernement fédéral comme cadre de direction supérieure, entre 1963 et 1979.

 

Dès 1968, alors que Monsieur Lagassé travaille au Secrétariat d’État, il est le concepteur-fondateur du programme de développement des communautés de langue officielle en milieu minoritaire.  Le programme est lancé en 1969 sous le titre de Division de l’Action Sociale.  Au fil des ans, la division est devenue une direction et le programme a maintes fois changé de nom.

 

Il est aussi fortement engagé dans le milieu communautaire.

 

C’est en 1979 qu’il s’installe avec sa famille à Victoria.  Son expérience et sa connaissance du milieu communautaire sont très appréciés lorsqu’il joint le Club Canadien-français local.  En 1980, il est récipiendaire de la médaille de l’Ordre de la fidélité française du Conseil de la Vie française en Amérique.

 

En 1983, Monsieur Lagassé, vice-président de la Société Francophone de Victoria est invité, par l’Alliance Française, à donner une conférence dont le sujet sera :  La contribution des francophones au développement de Victoria.

 

L’idée est géniale, mais il y a un hic:  il n’existe que très peu d’archives sur le sujet.  Pas de problème sans solution!  On formera un Comité d’Histoire sous l’égide de la Société francophone!

 

 

…. Intermède musical 30 secondes…

… brouhaha salle de réunion…

 

Dramatique 2 :

 

Homme :  Mademoiselle Mathieu, si vous voulez bien ouvrir la rencontre.

Mlle Mathieu :  Bonjour à tous et à toutes.  Merci d’être venus en si grand nombre.  Je m’attendais à une dizaine de personnes, mais vous voilà, trois fois ce nombre.

Comme vous l’avez lu dans le mémo envoyé aux organismes dont vous êtes des membres actifs, notre objectif aujourd’hui est de mettre en commun nos forces, nos connaissances et notre temps afin de rechercher les documents qui ont trait à nos prédécesseurs francophones sur l’Île de Vancouver, mais plus spécifiquement, à Victoria.  Nous voulons classer ces documents, les archiver, mais surtout, laisser pour les générations à venir une trace indélébile de ces francophones de toutes les origines qui ont participé à la création et au développement de Victoria.

Je tiens à souligner la présence des représentants de Nouveaux Horizons, de la Société

 

Francophone de Victoria, des Archives Provinciales de la Colombie-Britannique et de la Société Historique Franco-Colombienne de Vancouver.

 

… applaudissements en fondu sur 30 sec d’intermède musical…

 

 

Narration 2 :

 

La compétence du personnel des Archives Provinciales de la Colombie Britannique permit l’élaboration d’un processus de recherche, documentation, édition, classification et préservation des documents.

Cette première étape permit de placer en sécurité aux Archives Provinciales tous les originaux accumulés par la Société Francophone de Victoria au cours des ans.  La SFV reçut une copie de tous les documents, pour consultation.

 

Mais le comité, une fois toute la ‘’paperasse’’ classée, envisageait de nouveaux défis.  C’est ainsi que l’on commença à enregistrer les souvenirs des aînés, à les consulter pour identifier les gens apparaissant sur des photos, et de répertorier les informations d’état civil consignées dans les registres de la Paroisse St-Jean Baptiste.

 

…. Intermède …. 30 secondes…  réunion de cuisine…

 

Dramatique 3 :

 

Secretaire :  Avant le début de la réunion, j’aimerais souligner la tâche énorme que nos bénévoles ont accompli dans les derniers mois :  travail de titan, s’il en est.  Et je remercie Madame Laurette Agnew, qui nous reçoit aujourd’hui chez elle! … et vos bons biscuits!!!

 

…. Rires…

 

Laurette Agnew :  En effet, le travail déjà accompli est imposant… mais avec l’élargissement de notre mandat, je crois que notre comité doit changer, et s’adapter à ses nouveaux objectifs.

Homme 1 :  Que veux-tu dire?

Laurette Agnew :  Puisque ce comité a réussi à déblayer le chemin, et que nous sommes maintenant en position d’aller chercher de la nouvelle information auprès de nos aînés, je crois que nous pourrions adopter un nom plus officiel.

Femme 1 :  Je suis d’accord.  Pourquoi ne pas former une société historique?

Homme 2 :  Oui… et comment l’appellerait-on?

Femme 2 :  Les francophones de Victoria!

Femme 1 :  Faudrait au moins avoir le mot ‘’historique’’ dans le nom.

Laurette Agnew :  Regroupement historique des francophones de Victoria.

 

… les prochaines suggestions sont dites par l’un et l’autre… en désordre… se recoupant…

 

Tous en ensemble:    La Société Historique des francophones de l’Ile de Vancouver…

Les Archives Historiques francophones de Victoria

La Société d’histoire francophone de Victoria

L’Association francophone d’histoire de Victoria

Laurette Agnew :  On devrait passer au vote.  Marie, tu as pris toutes les suggestions en note?

Marie :  Oui.  D’autres suggestions, avant qu’on passe au vote?

Homme :  L’Association Historique Francophone de Victoria… l’AHFV… ça se dit bien!

 

… J’ai planté un chêne :  Gilles Vigneault… 2m 05 sec

https://www.youtube.com/watch?v=We1-cagx7TI

 

Narration 3 :


Et c’est sous cette nouvelle dénomination, L’Association Historique Francophone de Victoria, que ces bénévoles dévoués continuèrent leur travail.

 

On publia le répertoire des baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse St-Jean-Baptiste.  On réalisa l’enregistrement d’une dizaine d’entrevues avec les aînés, et on identifia une centaine de photographies.

 

Toute cette nouvelle information amena le groupe à développer un nouveau projet :

Écrire et publier un livre pour faire connaître l’histoire des francophones dans la grande région de Victoria.  Le premier tome parût en 1987 sous le titre :  Présence Francophone à Victoria, C.B., 1843-1987

 

Le tome II, parût en novembre 2017, soit 30 ans après le premier, et portait beaucoup sur les associations et les regroupements de francophones.

 

 

 

… intermède musical 30 secondes…

 

Dramatique 4 :

Paul :  Alors, crois-tu avoir assez de matériel pour ton travail?

Élève :  Je ne sais pas… est-ce que vous avez un peu plus d’information sur des personnes qui ont œuvré au sein de l’Association?

Paul :  Pour sûr !  Et pour quelle période?

Élève :  euh… disons… depuis la production du premier livre jusqu’à la production du deuxième?  1900 … quoi?… 1987 à quelle date, vous avez dit?

Paul :  Le deuxième tome est paru en 2017… donc… 1987 à 2017

Élève :  Oui, c’est ça.

Paul :  Il faut comprendre que plusieurs personnes, trop nombreuses pour être comptées, ont donné de leur temps et de leur énergie à travers les années.  Certaines lors de la réalisation d’un projet particulier, d’autres sur du long terme.

Élève :  Bien, je pense que ça paraîtrait mieux dans mon travail si je parlais des gens qui ont laissé leur marque…

Paul :  De mémoire… Madame Agnew… Madame Robillard…

Élève :  Je crois qu’elles font le sujet du travail de mon ami …

Paul :  Ok… Il y a Monsieur Lagassé, bien sûr… mais on a déjà parlé de lui…hum… EURÉKA! … Je sais!  Madame Jocelyne Fontaine!

Élève :  Qu’est-ce qu’elle a fait?

Paul :  Par où commencer?  Elle a été très active dans la communauté!  On la retrouve mentionnée dans les documents d’archives de plusieurs organismes francophones de Victoria!  En fait, avec son conjoint, Marc Lévesque, ils ont même reçu un prix en 2010 en reconnaissance de leur bénévolat.

Élève :  Ça promet!  Vous pouvez m’en dire plus?

Paul :  C’est une femme avec beaucoup d’énergie, très engagée… En plus de son travail régulier (elle gérait une compagnie de traversiers), elle a trouvé le temps et la motivation pour soutenir la francophonie.

 

… intermède 30 secondes…

 

Narration 4 :

Elle a fait partie d’une troupe de danse folklorique, Les Cornouillers; elle s’est impliquée dans la formation d’une troupe scoute francophone.  Elle a été bénévole à la Paroisse St-Jean- Baptiste, auprès de la Société Francophone de Victoria, de la radio CILS FM et de l’Association Historique Francophone de Victoria.

 

Dans tous ces groupes et organismes communautaires, elle a tenu plusieurs positions.  Ainsi elle a été présidente de l’Association Historique de 2011 à 2018.  En 2013, elle a accepté le prix Henriette Moreau au nom de l’AHFV.  Elle a écrit l’avant-propos et le sommaire du Tome II Présence Francophone à Victoria.

 

Elle a aussi été trésorière de CILS FM de 2004 à 2014.  D’ailleurs, lors de l’Assemblée Générale Annuelle de la radio de 2014, on lui a remis une plaque soulignant ses 10 ans de bénévolat. Elle faisait partie de ceux ayant rédigé la demande transmise au CRTC pour l’obtention d’une licence FM.  Elle a co-animé pendant plusieurs années, avec son conjoint, une émission hebdomadaire intitulée :  Méli-Mélo.

 

Et le milieu, par le biais de la Société Francophone de Victoria, lui a manifesté sa reconnaissance en lui décernant le Prix Fortin-Terrien en 2008 et le Prix Henriette Moreau en 2013.

 

Madame Fontaine est l’une de ces personnes qui s’est donnée à fond dans la préservation de la culture francophone, sans compter les heures.

 

… La danse  à St-Dilon,  Gilles Vigneault… 2min 6 sec

https://www.youtube.com/watch?v=fI4LeP2_UMY

 

Dramatique 5 :

Élève :  Wow! C’était une personne vraiment impliquée!  Elle a œuvré dans plusieurs organismes!

Paul :  C’est quelque chose que l’on retrouve souvent :  une personne a des qualifications, de l’expérience, un savoir-faire… a de l’énergie… une passion… et on les retrouve mettant l’épaule à la roue pendant des décennies, partout où on a besoin d’eux.

Élève :  Vous avez un autre exemple?

Paul :  J’en ai dix… vingt…!!! Mais puisqu’on l’on a comme sujet principal l’association historique, je pense à Madame Gisèle Samson.

Élève :  Qu’a-t-elle fait?

Paul :  Arrivée à Victoria dans le milieu des années 1990, elle a été engagée comme aide pédagogique spécialisée à l’École Victor-Brodeur.  Très rapidement, elle s’est engagée dans l’action bénévole à Victoria, ce qui n’est pas surprenant, compte tenu de ses expériences antérieures.

Élève :  Avant de venir à Victoria?

Paul :  En effet.  Toute jeune femme, elle avait participé à un projet de développement international en Amérique du Sud.  Le travail coopératif, communautaire, le désir de l’engagement bénévole, certains naissent avec… et c’est le cas pour Gisèle Samson.

Élève : Et alors, ici, à Victoria, dans quel organisme a-t-elle œuvré?

Paul :  Commençons par Réseau Femmes de la Colombie Britannique.

Élève :  Qu’est-c’est?

Paul :  Réseau-Femmes Colombie-Britannique est un organisme à but non lucratif qui a comme mandat de représenter, promouvoir, défendre les femmes francophones de la Colombie-Britannique ainsi que de contribuer à leur épanouissement.  En 2000, elle devient facilitatrice du groupe-satellite local de Réseau-Femmes.  Dès 2002, elle reçoit la mention :  Bénévole de l’année.

 

Elle sera Gardienne des Archives de l’AHFV, entre 2004 et 2018.  Elle organise des activités publiques historiques, des visites guidées en fait, en français et en anglais.  Elle est responsable du comité des Plaques Commémoratives pour l’AHFV entre 2007 et 2018.

 

Elle participe aussi à la rédaction de quatre chapitres du Tome II de Présence Francophone.

 

… intermède 30 secondes…

 

 

Élève :  Wow!  Vraiment active, la madame.

Paul :  Mais elle a fait plus!  Elle a animé une émission hebdomadaire, pendant plusieurs années à la radio communautaire :  Monde communautaire durant laquelle elle donnait des nouvelles du monde communautaire francophone, parlait des activités et de façon générale, servait de porte-voix pour les organismes de Victoria.

Élève :  A-t-elle été reconnue pour son travail?

Paul :  Bien sûr… entre autres reconnaissances, elle a reçu le Prix Henriette Moreau de la SFV en 2012, et la Médaille du Jubilé de Diamant de la Reine Elizabeth II, pour le Patrimoine et l’Histoire en 2013.

Élève :  Prix prestigieux!

Paul :  Pour une femme de prestige!

 

…..Nantucket :  Daniel Lavoie…